Images : essais de cover de la page contact.

Dans la « vraie vie » (je vise le changement de paradigme un jour) je suis chargée de communication, c’est cela que j’ai étudié. Dans le cadre de mon boulot je suis amenée à réfléchir à la manière la plus complète et adéquate de communiquer sur un concept, une marque, une idée et je dois dire que j’aime ce métier tant les moyens sont nombreux et très différents…

Mais voilà, communiquer sur son propre projet c’est beaucoup plus difficile car cela demande une certaine distance qu’il est difficile de prendre avec soi-même. Dans mon cas c’est un projet créatif or créer me permet justement de ne pas « parler », ou de parler autrement … C’est une pulsion de vie qui est difficile à définir ou à étiqueter, les choses viennent parfois de loin et si j’ai choisi le collage ce n’est peut-être pas anodin.

Cela fait des années que je parle de refaire mon site (qui jusqu’ici était un peu brouillon) et que je souhaite mettre à profit les formations de web marketing et autres CMS que j’ai pu suivre dans le cadre de mes études puis de mon boulot. Mais cela m’a longtemps paru insurmontable alors que j’en ai créé d’autres de A à Z.

Que montrer ? Que dire ? Est-ce assez important pour en faire un site ? Comment résumer mon travail ? Faut-il payer ? Faut-il crowdfunder ? Faut-il se présenter ? Si oui comment ? Dois-je parler en Red Orb ou en Noémie ? Quel ton utiliser ? Quel message est-ce que je veux faire passer ? Dois-je montrer mes photos ? Dois-je continuer ? Faut-il privilégier les sous-pages ou les portfolios ? Quel impact auront les couleurs ? Pourquoi les typos sont toutes différentes des miennes ? C’est quand qu’on bouffe ? … Tant de questions que je me suis posée.

J’ai commencé, j’ai balisé (cf. les questions), j’ai arrêté, j’ai décanté et cela plusieurs fois de suite… puis j’ai foncé. J’ai hiberné de toute vie sociale pendant une bonne semaine, j’ai rechigné des heures sur des détails (cf. images ci dessus j’en ai fait des dizaines pour chaque page avant d’être satisfaite du résultat!) et puis finalement…j’ai accouché de ce site (après une gestation plus longue que le plus rare des éléphants préhistorique !) !

Il est perfectible et il évoluera, mais ça y est il est là !

Cela m’a fait réaliser (une fois de plus) qu’il est non pas optionnel mais nécessaire de prendre le temps de chercher, de tomber et de potentiellement se décourager car cela fait partie du processus et participe à trouver la lumière (amen !), en tout cas, des p’tits faisceaux par ci par là…  Je pense qu’au plus le sujet a de l’importance pour soi et mêle l’affect, au plus il nécessite de prendre le temps, le temps du recul qui sera toujours un peu paradoxal tant l’acte créatif est impulsif !

Au delà du site (qui me semble déjà être un gros morceau), il y a la communication au quotidien et les réseaux sociaux. Eux aussi, servis avec leur lot de prises de têtes sur un lit de passages à vide sauce flagèlets…

Faut-il poster tous les jours ? Faut-il payer ? Faut-il faire des concours ? Quel ton adopter ? Plutôt Insta ou FB ? Faut-il toujours différencier ? Pourquoi les autres ont plus de likes, plus de commentaires ? Comment avoir assez de temps ? A quelle heure faut-il parler d’amour ? Quand peut-on faire le mort ? Dois-je parler de ma vie personnelle sur ma page ou au contraire la protéger ? Est-ce que d’autres gens se prennent la tête comme moi là dessus ? C’est obligé de faire des story ? …

J’essaie de couper la poire en deux entre les usages et mes envies mais parfois je poste tous les jours 2 fois puis plus rien pendant une semaine. Je poste aussi en fonction de mes créations, au jour le jour, je ne calcule pas beaucoup et je programme assez peu. Je ne veux pas dénaturer mon projet qui est avant tout créatif et non robotisé… Et même si cela reste super intéressant et nécessaire d’en discuter et d’y réfléchir il faut lâcher prise et accepter d’être imparfait ou inconstant dans sa com. Ce qui importe vraiment, ce n’est évidemment pas le nombre de likes sur un post, une page Facebook ou Instagram mais le vrai retour des vrais gens … Sur les Marchés de créateurs ou dans les boutiques : quand les gens s’arrêtent, rient, sourient, s’interpèlent.

Je pense qu’il est important de revenir régulièrement sur TERRE et de ne pas se perdre dans les « KPI » ou autres stratégies parce qu’à force on oublie pourquoi on est là : créer et se bidonner. Le reste suivra, évoluera…

On peut avoir 1300 likes et aucun ami comme on peut tromper mille fois mille personne, euh cent personnes une fois.

La conclusion est toujours la même : agir, pas trop penser et être patient et surtout bienveillant envers soi-même (« je suis une sous-merde, j’ai que 7 likes!!!! »)

La communication et ses outils dans le cadre de son projet personnel est un chemin parsemé d’embûches et de questions, mais parfois c’est important de lâcher prise et de relativiser.

Je vous réserve d’autres pérégrinations écrites sur ma vie d’indépendante complémentaire partagée entre une communauté de créateurs supers chouettes (à force de faire des marchés j’en ai rencontré plein) et en même temps un sentiment de solitude immense !

Mais quel voyage….